Reines-Beaux
September 4, 2019

Cover art: Reese Dante

Translated: Kalaan Tsuckbell
Genre: Mystery, contemporary romance

Available through:
Reines-Beaux

7Switch

Amazon

iBooks
Kobo

Goodreads

Le Mystère des Curiosites

Snow et Winter Tome #2

Le lundi matin commença avec une brique à travers la fenêtre de l’Emporium.

Les quelques secondes qui suivirent furent étrangement silencieuses. On entendit seulement le doux tapotement d’une averse de février. Puis mon cœur se souvint qu’il devait battre et j’entendis son boum boum dans mes oreilles. Des bouts de verre du haut de la grande baie vitrée se craquelèrent et tombèrent sur le plancher, laissant ainsi le bruit de la circulation de New York envahir la caverne calme et douillette qu’était mon magasin.

— Nom de Dieu ! cria Max.

Depuis le comptoir à côté de moi, il voulut se précipiter pour aller voir, mais je le retins par les épaules.

— Attention, lui dis-je en montrant la tasse en céramique que j’avais fait tomber lorsque le fracas de la vitrine m’avait fichu une trouille bleue.

Max enjamba les débris et descendit les marches depuis la caisse. Il fit un grand geste en désignant la fenêtre.

— C’était quoi ça ? s’exclama-t-il encore.

Bonne question.

Je descendis les marches et examinai les dégâts. Il y avait du verre partout et la pluie pénétrait à l’intérieur.

— Va chercher un sac poubelle dans l’arrière-boutique.

— Le verre va juste…

— Pour mettre sur les présentoirs avant qu’ils soient trempés. Allez.

Max courut les chercher.

Je me pinçai l’arête du nez et pris une profonde inspiration. Quel début de semaine.

Je remontai mes lunettes, allai jusqu’à la porte que j’ouvris et fis un pas dans cette matinée maussade. La pluie éclaboussait mes verres et trempait mon pull. La buée de ma respiration se dessina devant moi tandis que je regardais de chaque côté du trottoir, comme si j’allais découvrir le vandale attendant de se faire attraper. Un couple qui payait le parcmètre regardait la vitrine, horrifié, et un homme qui promenait son minuscule chien dut le prendre dans les bras pour éviter le verre brisé sur le trottoir.

Max disposait des sacs poubelles sur les présentoirs.

— Est-ce qu’on a aussi tagué une bite sur la porte ? demanda-t-il.

— Non, répondis-je avant de retourner à l’intérieur. Pourquoi ?

— Histoire de couronner le tout ? Tu veux que j’éloigne ça de la fenêtre ?

Je sortis mon téléphone de la poche arrière de mon pantalon.

— Attends. Laisse-moi prendre des photos avant qu’on ne bouge quoi que ce soit.

Je photographiai la fenêtre et le sol avant de lui faire signe de poursuivre.

En m’éloignant de la zone du sinistre, je remarquai la brique au milieu de la pièce. Je m’en approchai, m’accroupis et la ramassai. C’était une brique ordinaire… Avec une bande de scotch autour. Je posai mon téléphone au sol à côté de moi et la retournai pour y trouver un papier mouillé plié.

Bon sang, il y avait plus simple pour me contacter, comme une merveilleuse invention appelée « téléphone ».

Même un pigeon voyageur aurait été préférable. Parce que, lui, il se serait contenté de chier sur mon inventaire et de partir. Un pigeon ne demandait aucun rapport de police, aucune paperasse pour l’assurance ni aucune visite de mon imbécile de propriétaire pour inspecter les dégâts.

Je retirai le scotch d’un coup sec et dépliai la feuille de papier. Je ne sais pas à quoi je m’attendais en la rapprochant pour lire, mais en tout cas pas à :

 

Je sais que tu aimes les mystères.

 

— Qu’est-ce que tu fais ? demanda Max.

Je regardai par-dessus mon épaule.

— Quelqu’un a laissé un mot avec la brique.

— Qu’est-ce que ça dit ?

— « Je sais que tu aimes les mystères. »

— Moi ?

— Non, c’est ce qui est écrit sur le mot, répondis-je en agitant le mot au-dessus de mon épaule.

Je repris mon téléphone et me levai. Mes genoux craquèrent comme ceux d’un vieillard et non ceux d’un grincheux de trente-trois ans. Je me retournai et vis que Max ne bougeait plus.

— Ça va ?

— Ça ne va pas faire comme à Noël, hein ?

Duncan Andrews avait pris soin de ruiner mes vacances. Il était responsable de la mort de mon ancien patron, m’avait harcelé et suivi, et avait tiré sur l’agent Calvin Winter.

— Non, affirmai-je avec fermeté en secouant la tête. Duncan arbore une combinaison orange à l’heure qu’il est.

— Et pourquoi pas un imitateur ?

— Poe n’a jamais lancé de brique dans un magasin d’antiquités. Je t’assure, ne t’inquiète pas.

Je dis à Max de finir de recouvrir les présentoirs et appelai la police pour signaler l’acte de vandalisme. Deux agents arrivèrent après que j’ai raccroché d’avec Luther North, mon propriétaire qui m’avait copieusement passé un savon à propos de la fenêtre. Comme si j’avais demandé à ce que des voyous y balancent des briques.

— Êtes-vous assuré, monsieur Snow ? demanda l’agent.

Agent Lowry, comme il s’était présenté. J’étais gêné, il me rappelait Neil : même carrure, mêmes cheveux, visage impassible, beau. Mais, fort heureusement, ils n’avaient rien à voir.

— Oui. Et le propriétaire est en route, répondis-je.

Un courant d’air froid s’engouffra par le trou de la baie vitrée et je frissonnai en croisant les bras sur ma poitrine.

La femme officier sourit et pointa un doigt vers moi.

— J’étais là, il y a deux mois.

— Pardon ?

— Quand il y avait un cœur de porc sous le plancher.

— Oh, acquiesçai-je en devant lutter pour ne pas jeter un œil par-dessus mon épaule à l’endroit en question. Pas d’organe démembré, cette fois.

— Tant mieux, plaisanta-t-elle.

Lowry, qui avait pris des notes, me posa encore quelques questions. Avais-je eu, dernièrement, des clients mécontents ? Avais-je déjà reçu des menaces ? Mais non. Cela semblait tout bonnement gratuit. À tel point que j’avais envisagé que quelqu’un avait pu se tromper de magasin.

Sauf que…

Je sais que tu aimes les mystères.

— Attendez, avant que j’oublie, ajoutai-je brusquement. Il y avait un mot accroché à la brique, poursuivis-je avant de sortir la feuille de la poche de mon pull. Tenez.

La femme accepta le papier.

— Cela vous évoque-t-il quelque chose ?

Je haussai les épaules.

— Pas vraiment. À moins que la personne qui a fracassé ma vitrine porte un jugement sur mes choix de lecture.

Entre autres.

Elle me le rendit.

— Nous allons vérifier si d’autres magasins de la rue ont des enregistrements vidéo que nous pourrions examiner, mais vous devez savoir que les chances d’attraper celui qui a fait cela sont très minces.

— J’imagine, oui, répondis-je. Mais cela vaut le coup d’essayer.

Luther entra dans la boutique au moment où les policiers en sortirent. Il discuta brièvement avec eux sur le pas de la porte avant de se frayer un chemin vers moi à travers les allées exiguës. Son gros ventre bouscula des articles sur les présentoirs et Max le suivit pour tout remettre en place.

— Sebastian, lança-t-il d’une respiration un brin sifflante. Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

— Exactement ce que je vous ai dit au téléphone, monsieur North. Quelqu’un a lancé une brique à travers la baie vitrée.

— Pourquoi ? demanda-t-il en sortant un paquet de mouchoirs de la poche de son manteau afin de s’essuyer le visage.

— Je n’ai pas pensé à lui demander, répondis-je.

— Et voilà, c’est reparti avec vos réponses de monsieur Je-Sais-Tout. Et avant ça c’était l’autre petite tante qui fichait les jetons. Il est en prison maintenant, hein ?

— Ouaip.

Luther cessa un instant d’essuyer son visage.

— Euh… Ne prenez pas mal le mot « tante ».

— Mon ego fragile reste intact. Monsieur North, il pleut dans mon magasin. En combien de temps cette fenêtre peut-elle être réparée ?

— Oh, vous savez, c’est pas si simple que ça, Sebastian ! Je dois faire une demande de dédommagements à l’assurance.

— Qu’elle paiera. Un acte de vandalisme commis par un inconnu ne mérite pas qu’ils prennent le temps d’enquêter.

— Oui, mais ça prend quand même quelques jours.

— Il pleut à l’intérieur, indiquai-je une nouvelle fois au cas où il ne l’aurait pas remarqué.

— Je peux vous avoir une bâche.

— Ce n’est pas exactement ce qui va dissuader les voyous.

— C’est pour ça que les magasins ont des grilles en métal, souligna Luther comme si j’étais débile.

— Très bien. Mais j’ai des livres ici qui valent jusqu’à quatre mille dollars. S’ils gondolent ou qu’ils sont endommagés…

— Je vais faire venir mes gars pour qu’ils posent du contreplaqué, grogna Luther. Content ?

— Je le serai quand j’aurai une nouvelle vitrine.

© 2015-2019 C.S. Poe