Juno Publishing
March 21, 2019

Cover art: Reese Dante

Translated: H.L.
Genre: Mystery, contemporary romance

Available through:

Juno Publishing
7Switch
Amazon

iBooks

Kobo

Goodreads

L’héritage meurtrier

Les gens me disent souvent : Monsieur Aubrey Grant, quelle étrange vie vous menez !

Ce qui était une évaluation exacte.

Une ex-femme furieuse m’avait une fois tenue en joue (pas la mienne, attention !) avec un fusil à éléphant très chargé – longue histoire. J’avais frappé un clown au visage – une histoire encore plus longue. Et j’avais fait partie d’un lancer de couteaux dans un cirque ambulant – cela n’avait aucun rapport avec le clown. J’avais vu et fait beaucoup de choses durant mes trente-huit ans de vie pour ne pas être choqué par ce qui m’attendait toujours au coin d’une rue.

Excepté les cadavres.

Je pouvais même certifier que je ne m’étais jamais attendu, ou préparé à faire face à des personnes très mortes.

Et pas les morts des obsèques.

Je veux dire, un cadavre qu’on trouvait dans le placard.

Comme un véritable cadavre.

Je me relevai sur mes coudes d’où j’étais tombé sur le sol après avoir crié et trébuché. Je fixai la porte ouverte.

Lui… elle ? Notre cher défunt était affaissé en avant, accroché à une fausse paroi que je venais juste de découvrir, même si j’avais géré cette propriété historique pendant deux ans. Et c’était seulement parce que le papier peint était inexact durant cette période et que j’avais enfin décidé de l’enlever.

Je déglutis plusieurs fois et essayai de garder ma respiration stable avant de commencer à hyperventiler. Tout mon corps était faible, et je m’effondrai sur le sol pour regarder le plafond. Foutue cataplexie. La perte soudaine de sa tonicité musculaire involontaire était un unique symptôme de narcolepsie. Cela se passait habituellement quand je riais beaucoup, mais parfois… oui, un mort qui me foutait les jetons pouvait également déclencher ça.

La maison était étrangement silencieuse après mon cri. Il n’y avait certainement pas de visiteurs à l’intérieur, très bizarre pendant le mois de mars – la saison touristique –, mais il n’était que huit heures du matin. Le guide touristique en bas ne répondait pas non plus, et je savais que j’avais crié assez fort pour secouer une fenêtre ou deux. Foutu Herbert. Il dormait probablement dans l’un des rocking-chairs installés dans le porche.

Je regardai le placard à nouveau.

Monsieur le macchabée n’avait rien à dire sur la situation.

OK, tout va bien. C’est juste un coco mort. Ou une cocotte. Ou… merde, on s’en fout.

Je me remis sur pied, puis pris un moment pour m’équilibrer avant de m’avancer vers le placard. De la poussière – d’une centaine d’années – flottait dans la lumière du matin, se troublant enfin quand je trouvai l’interrupteur caché qui ouvrit le faux mur. Je toussai et agitai la main pour le repousser.

Je ne pouvais pas le croire. Il y avait un squelette caché dans La Demeure Historique de la Famille Smith dans la Vieille Ville, à Key West. Ici, nous étions connus pour nos Gay Pride, nos tartes au citron et les autorités locales regardant de l’autre côté quand des bouteilles d’alcool roulaient sur Duval Street, mais pas pour ça ! Je veux dire… merde ! C’était qui ça ? Comment cette chose était-elle morte ? Quand était-elle morte ? Pourquoi était-elle dans mon foutu mur ?

J’avais passé les deux derniers mois sur un projet de restauration intensif, ce qui incluait : tester les murs, créer une peinture qui correspondrait à la couleur d’origine des années 1853, l’année choisie pour marquer cette maison. Le papier peint malvenu dans le placard, antique et beau qu’il était, était historiquement déconseillé. Je n’avais aucun document sur la personne qui l’avait placé là, donc malheureusement, on devait l’enlever. Et tout était prévu. J’avais fait un peu de bricolage pour satisfaire l’historien en moi, et je recevais un mort pour me récompenser de mes efforts.

Comme je le disais, je prenais ce que la vie me donnait sans ronchonner et avec une bonne dose d’humour. Mais des choses mortes ? Non, ce n’était pas mon domaine. Je ne pouvais même pas supporter les rares fois où j’avais vu des animaux écrasés sans être malade. C’était le genre de conneries qu’un ami antiquaire à New York aimait bien, pas moi. Je me tenais à carreau et ne fouinais pas dans les cadavres ou quoi que ce soit d’autre, donc je n’appréciais vraiment pas que ce gars se laisse tomber dans ma vie.

— OK, dis-je. Je dois… appeler quelqu’un. Comme… la police, probablement. Oui, bon début.

D’accord.

Je pivotai sur mes talons et descendis les escaliers comme si les chiens de l’enfer étaient à mes trousses.

© 2015-2019 C.S. Poe